Une lettre : Louis Pillon (28 prairial an III – 16 juin 1795), Paris

La veille du suicide des martyrs de prairial, Louis Pillon, 28 ans, vivant avec sa mère et ses deux jeunes frères dans la rue Saint-Germain-L’Auxerrois descend dans sa cave et se tire une balle dans la bouche. Il n’était pas dans la misère et n’avait pas d’engagement politique marqué qui aurait pu lui valoir une arrestation. Ses proches disent que, depuis un mois, il était « chagrin ». On trouve dans ses poches un billet d’explication.

Dans les circonstances actuelles, voyant que soit-disant la majorité des honnêtes gens est heureux et trouvant qu’aucontraire, il n’y a que ceux qui n’ont pas eus de confiance ala révolution qui le sont, je me suis abrégé les jours pour que ma chère mère et mes frères ne soient pas si malheureux, car ils n’en ont pas trop a présent, d’autant plus qu’il n’y a que les coquins, les agioteurs, les spéculateurs de la misère publique, et les royalistes qui triomphent dans ce moment ci.

Signé L. Pillon,

le 28 prairial

L’an 3 ème de la république jusqu’à présent.

[En marge] je souhaite un bonheur parfait a tous

[Papier blanc, 5×15 cm, encre noire]



Citer ce billet
Vincent Platini (2023, 20 avril). Une lettre : Louis Pillon (28 prairial an III – 16 juin 1795), Paris. Les voix tues. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv97

Auteur/autrice : Vincent Platini

Enseignant-chercheur à l'université de Cassel (Allemagne). Boursier du programme Feodor Lynen de la fondation Alexander von Humboldt.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search