Les Ecrits fantômes hantent la presse (9)

On fait une escapade belge et underground avec une interview de Nicolas Dykman parue le 11 janvier 2024 dans le magazine Vice . Merci à lui ! On fermera le ban avec ça !

https://www.vice.com/fr/article/qjvm57/lettres-de-suicide-vincent-platini

Les Ecrits fantômes hantent la presse (2)

On continue avec un petit article de Jean-Louis Jeannelle paru le 17 novembre 2023 dans Le Monde. Merci à lui.

https://www.lemonde.fr/livres/article/2023/11/17/scenes-de-mort-et-ecrits-fantomes-a-lire-avant-ou-apres-le-geste-ultime_6200805_3260.html

Les Ecrits fantômes hantent la presse (1)

Conséquence de la sortie du recueil, je passe encore moins de temps à poster sur ce blog et je m’emploie à faire parler des mes chères LdS. Ce n’est pas toujours facile, il aurait mieux fallu publier de la feel good literature, mais je sais que ce livre restera tandis que l’écume s’envolera.

Voici pour commencer un article de Mathieu Lindon paru dans Libération le 20 octobre 2023

https://www.liberation.fr/culture/livres/lettres-de-suicide-avec-ecrits-fantomes-vincent-platini-fait-du-mot-a-morts-20231020_3FJHWIDSIFG4PJYHFXJVARZEYQ/

Ecrits fantômes à l’horizon

Heureusement, ce blog ne reflète qu’une portion congrue de mon travail dont la plus grande partie est encore souterraine. Cependant, la pointe de l’iceberg émerge enfin. Elle paraîtra en octobre prochain aux éditions Verticales.

Couverture provisoire ©Philippe Bretelle

Un recueil de 380 pages avec près de 200 lettres de suicide, manuscrites ou imprimées, pour la période 1700-1947. Les textes s’accompagnent d’une brève présentation pour chaque suicide et chaque cercle s’ouvre par une introduction soulignant les contraintes historiques et les spécificités formelles de ces écrits. Il m’importait de souligner la puissance esthétique des LdS ainsi que leur corporalité. Leur résistance aussi : comment des individus acculés, souvent piétinés par les événements, le hasard mais plus certainement par les autres, prennent la plume in extremis pour se réinventer ? Le recueil s’organise ainsi non pas selon les causes du suicide ou la catégorie sociologique des suicidé.es mais par les modes de subjectivation, par l’image d’eux-mêmes qu’ils ont opposée à leur défaite et réalisée dans une mise en scène fatale.

Présentation de l’éditeur (Verticales, “Propagande” n°45)

A ma connaissance, il n’existe pas de recueil comparable en France ou à l’international. Je peux me tromper, je l’espère. En tout cas, les ouvrages anglosaxons et allemands que j’ai consultés n’ont pas la même portée. Les écrits fantômes ne prétendent pas être des objets de curiosité, le recueil reste au service des lettres, tel un vestibule vers la littérature.

Photo ©Philippe Bretelle

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search